L'immeuble aux métèques par Frédéric Soulier

L'immeuble aux métèques

Titre de livre: L'immeuble aux métèques

Auteur: Frédéric Soulier


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: L'immeuble aux métèques.pdf - 37,306 KB/Sec

Mirror [#1]: L'immeuble aux métèques.pdf - 31,874 KB/Sec

Mirror [#2]: L'immeuble aux métèques.pdf - 38,328 KB/Sec

Frédéric Soulier avec L'immeuble aux métèques

Livres connexes

Ernest Pasche, célibataire endurci et croque-mort passionné par son métier, meuble une vie pauvre en relations sociales en se goinfrant de cinéma. Mais lors de funérailles, il fait connaissance d'une jeune et jolie aveugle et de ses amis quelque peu originaux, qui se surnomment entre eux "les métèques".

Extrait :

« À votre avis, pourquoi lui avez-vous dit cela ? demande le toubib de la tête. Vous avez bien conscience que c’était cruel ?…
– Un jour, j’ai demandé à Justin Balder quel genre de film il préférait. C’était peu après que je sois embauché chez Lazard et Fils. Je suis quelqu’un de très tolérant. J’aurais compris s’il m’avait dit qu’il ne regardait que des films d’horreur. Ou que des films d’auteur danois. Moi-même j’ai une nette préférence pour les westerns de l’âge d’or et les westerns spaghettis. Mais Balder m’a dit qu’il n’avait pas regardé un seul film depuis au moins dix ans. Le cinéma, il a dit, c’est pour les gens qui s’emmerdent dans leur vie. Lui il voyait les perches, les caméras, le réalisateur sur son siège, la fille qui lui servait le café… Tous les films lui paraissent faux. D’après lui, personne ne parle et se comporte dans la vraie vie comme le font les acteurs dans les films, même les meilleurs. Il a dit qu’il ne regardait que des documentaires animaliers ou historiques à la télévision.
« Pourtant même les documentaires animaliers ne restituent pas vraiment la réalité et sont plus ou moins mis en scène. Par exemple, il est impossible de mettre une caméra dans une fourmilière, alors on en fabrique des fausses, avec du carton et une matière qui imite la terre.
– Mais les animaux ne jouent pas, eux.
– Vous êtes comme lui ? Tout le monde aime regarder des films, non ? Tout le monde aime qu’on lui raconte une belle histoire. Il faut vous interroger sur votre capacité à vous projeter, si vous n’êtes pas capable d’apprécier un bon film.
– N’oubliez pas que c’est moi le thérapeute, Ernest… Donc, votre collègue ne regarde pas de films ; est-ce pour cela, que vous lui avez dit que vous vous occuperiez bien de sa petite fille si elle devait succomber à sa maladie ?
– Je ne sais pas pourquoi j’ai dit ça.
– Vous l’avez regretté ?
– Non. Enfin… pas plus que ça. »